0
0
0
0
0

// Sweet Logik, de Koko Komegne du 09 mars au 09 avril 2016

Koko Komegne fête ses 50 ans de carrière artistique !

Cet évènement lui a conféré le privilège d’être le commissaire et le scénographe de son exposition « Sweet Logik ». Ce soir, nous entrons dans l’univers défini par l’artiste lui-même. 50 ans de persévérance, ce n’est pas rien dans ce contexte du Cameroun, encore très fermé à l’art et à la création.
Il est impossible de présenter l’artiste en quelques mots. Koko est un pionnier, un résistant. Sa biographie est affichée à l’entrée de l’espace et nous évoque l’histoire d’un homme qui a choisi d’être artiste, de vivre de son art, d’assumer ce choix de vie… Avec les difficultés que chacun peut deviner, que beaucoup ont pu voir. Les hauts, de très grande générosité, et les bas où l’artiste, totalement démuni, peint une fresque dans un bar ou restaurant contre un repas.
Les soirées au Quartier Latin à Bali, au Phaco Club, au Croco Club… le Douala nocturne qu’il peint si bien.
On ne peut s’empêcher, en regardant sa peinture, de citer Van Gogh, Picasso
Cette exposition est dédié à Didier Schaub, le regretté directeur artistique de doual’art, qui a rencontré Koko en 1987, à l’occasion de l’exposition organisée par le Rotary Estuaire, dans ce qui est aujourd’hui Le Café des Palabres. De cette rencontre naîtra le projet Doual’art pop’93 où Koko sera le commissaire artistique. Et tant d’autres moments de pure poésie tel le poème qu’il dédie à la liberté alors qu’il est allongé sur son lit d’hôpital après son accident de moto qui lui vaut de boîter aujourd’hui. Moment immortalisé dans le film Loobhy, en 1997. Didier, plutôt minimaliste dans son approche, aurait été surpis par la multitude d’œuvres ici présentées, mais content de voir que jusqu’à aujourd’hui Kojko travaille et n’a jamais baissé les bras.
A ma connaissance, sa première sculpture a été réalisée en 1995, en marge de l’atelier « La Chaise » où Koko, préparant son exposition Tele Miso, semble être indifférent. Il surprendra tout le monde avec cette sculpture qui, si je ne me trompe a été achetée par Joël Mpah Dohh.
Koko aurait pu faire carrière dans la chanson, la musique et plus précisément la percussion, dans l’écriture. Il a choisi les arts plastiques. 50 ans de persévérance dans la peinture … tant de combats pour fédérer, donner de la visibilité aux autres artistes, aux jeunes générations, inviter à une liberté de penser, d’être et d’actions….
Bravo l’artiste !




// Expositions

L’Espace doual’art est principalement ouvert aux travaux d'artistes visuels sélectionnés par la direction artistique de doual'art ou sur proposition de curateurs indépendants.

En moyenne 7 expositions sont produites chaque année. Y sont présentés les travaux les plus récents, les plus expérimentaux de créateurs contemporains du Cameroun et du reste du monde.