0
0

// Conférence La fin de Kamerunstadt, 12 février 2015

A la suite des manifestations célébrant le centenaire de la naissance du Cameroun contemporain en août 2014, doual'art a organisé, en partenariat avec l'Institut Goethe du Cameroun, une discussion sur la fin de la présence allemande à Kamerun.

Le modérateur, UWE JUNG, Responsable du Département Bibliothèque Information au Goethe Institut Centre Culturel Allemand de Yaoundé, a ouvert la conférence en citant le mot introductif de l’exposition

la ligne de démarcation entre humanistes et conservateurs n’est pas question de race, de nationalité ou de religion. Elle s’établit dans la posture que l’on adopte face à une cause donnée à l’instar de celle des résistants de 1914 contre les colons allemands, qui s’est soldée par la mort de nombreux d’entre eux dont Douala Manga Bell et Adolf Ngosso Din

.

Un panel de 4 intervenants a été réuni :

  • Dr Ulrike Hamman, politologue allemande, a exposé la thèse Duala – Confrontations of „Res Nullius“
  • Dr Germain Loumpet, archéologue et Directeur d'Etudes associé à la FMSH, a présenté Le roi Njoya et l’affaire du Kamerunstadt ou le quiproquo d’une trahison orchestrée.
  • Professeur Nsame Mbongo, sociologue, nous a entretenu sur le Contentieux foncier, choc des cultures et collision politique à Kamerunstadt
  • Dr Sylvie Andela, historienne et chercheur, a parlé du rôle joué par les femmes pendant la résistance contre les colons allemands .

De nombreux invités ont assisté à cette conférence.