0
0
0

// THÉÂTRE SOURCE

En 2010, quelques semaines avant la seconde édition du Salon Urbain de Douala, dont le thème était « la ville et l’eau », le sculpteur belge Philip Aguirre y Otegui, proposé par la commissaire Koyo Kouo, a découvert la source d’eau naturelle de Ndogpassi III et a été frappé par la configuration du site, une sorte d’amphithéâtre de forte déclivité et en pleine érosion au cœur du quartier densément occupé par de l’habitat précaire. Au pied de cet amphithéâtre de terre boueuse surgissait la source, d’accès assez difficile, parce qu’émergeant au ras du sol.
Philip a alors pris la décision de renoncer à produire une œuvre pour le SUD2010, mais plutôt de produire lamaquette d’une sculpture à venir. Il s’agissait de la sculpture en amphithéâtre du site de la source de Ndogpassi III, le « Théâtre Source ». Les habitants du quartier, déçus du report du projetà plus tard, se sont montrés sceptiques quant à la promesse de le réaliser après la fête de SUD2010. Le délai entre 2010 et 2013 a été consacré àcollecter un important budget, afin de compléter la subvention initiale du ministère flamand de la culture, partenaire du SUD2010. Philip a édité et vendu des gravures représentant le projet de Ndogpassi, et il a su convaincre des opérateurs économiques belges et des particuliers de sa ville d’Anvers pour réunir les sommes nécessaires. Le projet, un lourd chantier d’une trentaine de mois, qui a été suivi à Douala par l’architecte Mauro Lugaresia ainsi été livré pour l’édition suivante du Salon Urbain de Douala, SUD2013.
Six niveaux de gradins s’étendant sur plus d’une vingtaine de mètres de longueur, desservis par 3 volées d’escaliers d’une trentaine de marches, permettant d’accéder aux trois plateaux scéniques, l’ouvrage est impressionnant et permet d’accueillir près d’un millier de spectateurs, tout en continuant d’approvisionner en eau potable,chaque jour, environ trois mille foyers de ce quartier non raccordé au réseau public de distribution d’eau. L’amélioration de l’ergonomie d’accès à la source et le contrôle de laqualité de l’eau ont bien sûr fait parties des termes de référence du chantier.
Pour son inauguration, le théâtre a accueilli, entre autres, une performance live et vidéo de Nelisiwe Xaba, Plasticization, offerte par la curatrice Elvira Dyangani.
Cette réalisation, véritable agora sculptée au centre de ce quartier déshérité, liant l’eau et l’art, métamorphose radicalement ce lieu, qui devient un site de diffusion culturelle.La fréquentation de cette place publique, en majorité par des enfants aux habits colorés, offre au regard de l’observateur une peinture en mouvement perpétuel.
Aujourd’hui, les habitants de Ndogpassi III appellent le « Théâtre Source » de Philip Aguirre y Otegui « notre bijou » !

Didier Schaub

Théâtre source une production de : Ministère Flamand de la culture, Philip Aguirre y otegyu, Arts collaboratory,Sociéte Générale Cameroun.
Plasticization une production de : La Tate Modern et GT Bank