0 0 0 0 0 0

// Edito Juillet 2011

La dynamique de SUD2013, la troisième édition de la triennale d’art public de Douala, programmée pour décembre 2013, est lancée.

En effet l’Espace doual’art a accueilli du 24 au 26 mai 2011 une première rencontre internationale « Ars & Urbis »2011, consacrée à la préparation et la définition du processus qui aboutira à l’évènement. Un panel d’architectes, d’urbanistes, de décideurs urbains, de curateurs et d’artistes a travaillé avec l’équipe de doual’art. Des intervenants de la Communauté Urbaine de Douala, du Ministère de l’Urbanisme, du Port Autonome de Douala ont détaillé les plans de développement de la ville de Douala. Les architectes du Cameroun, représentés par la présidente de l’Ordre National et par plusieurs praticiens, ont brossé un état des lieux de l’architecture à Douala, dont la cohérence reste très disparate.

Le troisième Salon Urbain de Douala, SUD2013, dont le thème est d’associer art, architecture et urbanisme se résume peut-être, comme l’ont dit plusieurs participants d’Ars & Urbis, à un changement d’échelle d’interventions de doual’art dans la ville de Douala. Le titre retenu pour SUD2013 est « Douala, métamorphoses ».

La saison de programmation d’expositions en salle s’achève avec « Ombres et esprits », une série d’aquarelles anthracites, à la fois portraits et masques, de l’artiste camerounais Hako Hankson. Vernie le 02 juillet, elle restera accrochée jusqu'à la fin du mois d'août 2011 à l’Espace doual’art.
Du 15 au 19 juin 2011, FOCUS11, en off de Art/42/Basel, a invité doual’art à exposer « Indépendance cha-cha », qui représente, en photos et en vidéos, l’évolution de la ville de Douala depuis 1960, date de l’Indépendance du Cameroun francophone, jusqu’à nos jours. Cette exposition avait été conçue pour le Palais des Beaux Arts de Bruxelles où elle a été montrée en mai 2010 au sein de l’évènement Geo-Graphics, qui témoignait des 50 années d’indépendance de la plupart des pays d’Afrique.

Le 29 juillet 2011, le plasticien camerounais LucFosther Diop a prononcé une communication sur ses deux années de résidence à la Rijksakademie d’Amsterdam, en 2009 et 2010.

Les (bonnes) relations de doual’art avec la Communauté Urbaine de Douala se formalisent puisque la ville a commandé à l’association une campagne de rénovation du parc de mobilier urbain et d’art public que celle-ci lui a offert. Les chantiers sont en cours.

Didier Schaub