0

// Lucas Grandin

Lucas Grandin est né en 1976 au Mans, en France.
Artiste, professeur d'art, activiste et activateur de projets, il vit et travaille en Sarthe. Il a étudié à l'école supérieure des Beaux-Arts du Mans où il obtiendra en 2001 son diplôme supérieur d'expressions plastiques.
Dixit L.G. :« Son ! Qu'il soit bruit, musique, idée ou matière... Il est autant une énergie naturelle, qu'un message ou revendication sociale. Le son comme force ou la musique comme identité ? Ici est ma matière première. La réalisation elle, prend des formes différentes : installations sonores, vidéos, performances, machines détournées, mais prend souvent ses bases sur la récupération, qu'elle soit matérielle ou idéologique(copyleft, lowtech). La création intervient ensuite au niveau de l'assemblage des propos et des matières autour de l'objet en question. La création peut-être autant personnelle que collective...
A contre-courant d'une idée d'art fragile, précieux et mercantile, mes projets s'inscrivent plus dans une démarche ludique et sociale de rencontre d'idées ».
Son travail a été montré dans différentes expositions en France, au Portugal, au Canada, au Mexique, à Sao Tomé, aux Etat-Unis...
Il collabore depuis 2010, avec ICU et doual'art sur la programmation de l'exposition Making Douala 2007-2013, présentée à Dakar, Rotterdam, Gent, Nantes, Milan....
Il a travaillé en 2013, comme directeur artistique du Projet PIAF, pour la Biennale de Saint Etienne, et comme intervenant au centre d'art contemporain « La Criée » à Rennes sur un Workshop « Ma cité Idéale ». Ce projet est en résonance avec l'école CBC Babylon de Douala. Ce dernier a reçu le « 1er prix de l'audace Artistique et Culturelle » en France, prix organisé par la fondation « Culture et Diversité, et remis par le président de la république Française. Ce prix permettra à Lucas de continuer ses recherches en 2014 et de continuer le rapprochement entre les deux écoles.. De Juin à Septembre 2013, il est avec Kamiel Verschuren en résidence à la galerie Paradise, pour une réflexion sur la ville de Nantes et la création d'un jardin, échos du Jardin de Bonamouti à Douala..
L'évident ancrage de son travail dans le « bricolage et la récupération » l'a sans détour amener à confronter sa pratique à l'espace urbain d'une ville du sud comme Douala.
Première rencontre en 2005 où il montre douala feed back, une vidéo qui résulte de l'atelier effectué avec des artistes locaux. En 2007, il présente au SUD2007 sa performance le Zébu de Douala. Pour la seconde édition de la triennale, SUD2010, il propose le jardin sonore de Bonamouti. Revenu en mai 2011 pour les rencontres Ars&Urbis, il réfléchit à un nouveau projet C.A.I.R.E pour la 3ème édition du SUD, en 2013, en collaboration avec Kamiel Verschuren. Il participe aussi cette année au Projet PUB (Pavillon Urbain de Bonanjo) avec M.Lugaresi,ICU arts projects et RAW Foundation...

Publications :

  • catch the mango, 2007
  • Catalogue été 72, conseil general de Sarthe, 2005
  • Revue Art, recherche et création 303, n°76, Article écrit par Claire Guezangar et Pierre Giquel, 2003
  • Catalogue biennale de design de Saint-Étienne, 2002
  • Catalogue web du collectif R_ : www.collectifr.fr

Contact : lowlucas@yahoo.fr

Site internet