0
0
0
0
0

// Lectures du 21 juin 2010

Au mois de juin doual'art a accueilli six artistes et curateurs en résidence qui ont présenté leurs démarches et choix artistiques ainsi que les idées de projets qu'ils comptent réaliser pour SUD2010.

  • Aliette Cosset et Isabel Forner, artistes françaises sélectionnées par Simon Njami pour le SUD2010, en résidence à Douala du 15 au 24 juin, en l'absence de Sylvain Ohl (3ème membre du trio), ont orienté leur lecture sur le projet prévu pour SUD2010, Projections sur écran d'eau.
  • Ties Ten Bosch, artiste néerlandais en résidence à Douala du 16 au 4 juillet, a donné un aperçu des travaux qu'il a réalisé dans le passé en espace public. L'humour est pour lui une clé d'accès à l'art. L'autodérision et le sarcasme sont présents dans nombre de ses travaux. Le contraste percutant qui naîtra de la rencontre entre sa proposition artistique et le site qui l'accueillera est la seule certitude que l'on a à ce jour.
  • Kamiel Verschuren a présenté un certain nombre de projets artistiques réalisés en milieux urbains, qu'il a mené à bien avec les collectifs artistiques dont il fait ou a fait partie (B.a.d, Studio NL 01.08.04, NAC et iStrike). L'aménagement public dans l'espace urbain est au coeur de sa démarche. Il réfléchit actuellement sur une possible proposition artistique de cet ordre pour le SUD.
  • L'artiste marocain Younès Rahmoun, a présenté à travers une série de photographies et de vidéos les nombreuses déclinaisons de la Ghorfa. Sculpture du vide, sculpture habitable, cette architecture que prolonge l'artiste dans le temps et l'espace est une petite pièce de sa maison familiale qu'il a longtemps occupée. En la déclinant à l'aide de différents matériaux (tissu, pierres, bois, etc.), il permet l'appropriation de ce lieu de réflexion et de méditation, son occupation temporaire ou durable.
  • Elvira Dyangani, curatrice retenue par Simon Njami, a sélectionné l'artiste marocain Younès Rahmoun pour le SUD2010. Son centre d'intérêt porte sur la physionomie contemporaine des villes africaines postcoloniales. Elle encourage donc les projets et artistes qui explorent ces questions urbaines. La dernière exposition qu'elle a commissariée lors de la foire internationale d'art contemporain ARCO 2010 à Madrid, Arte inVisible a présenté les regards de dix artistes du continent africain sur l'espace public, l'héritage culturel matériel et immatériel, le passé colonial et le futur dans le développement incessant des villes d'Afrique.