0 0 0 0 0 0

// Édito Avril 2011

A l’occasion de ses 20 ans, le site de doual’art change de look !

Le premier quart de l’année 2011 (janvier-avril) voit maintenu un rythme soutenu, équivalent à celui observé à la fin de l’année 2010, avec les manifestations de la triennale SUD2010.

Dans l’Espace doual'art , trois expositions présentent des travaux d’artistes de la scène émergente et d’artistes ayant une valeur patrimoniale.

Avec « Objectifs », exposition du 15 janvier au 10 février 2011, deux jeunes artistes, Emk’al Eyongapka et Patrick Wokmeni, font une première présentation au public de Douala de leurs travaux photos et vidéo. Dans des styles très différents, ils nous invitent à appréhender notre environnement : Patrick Wokmeni, nous incite à regarder de façon appuyée le réel de jeunes de quartiers populaires ; Emk’al nous entraine dans un univers onirique avec une esthétique très léchée, travaillée en studio.

L’exposition rétrospective de Gaspar Goman, du 4 au 26 mars 2011, montre quelques dessins, peintures sur papier et mosaïques de cet artiste appartenant à la toute première génération de plasticiens du Cameroun. Né en Guinée Équatoriale en 1928, son travail est empreint d’un certain académisme acquis à l’École des Beaux-Arts de Barcelone (Espagne) entre 1954 et 1960. La découverte de ce peintre méconnu du public suscite l’envie de s’intéresser de très près aux courants artistiques qui ont traversé les 50 dernières années au Cameroun. (Exposition en partenariat avec l’Ambassade d’Espagne et le Centre Culturel Français de Yaoundé).

Enfin, la troisième et dernière exposition « Céramiques d’artistes depuis Picasso », du 04 avril au 31 mai 2011, est une sélection d’œuvres de 33 artistes, effectuée par la commissaire Claude Allemand-Cosneau. Les 50 pièces prêtées par le Fonds National d’Art Contemporain de Paris couvrent une période s’étalant de 1950 (Picasso) à 2004 (Le Borgne-Genée). Elles ont, pour un grand nombre d’entre elles, été acquises par commande publique. Ce qui fait rêver sur le rôle incitatif d’un Ministère de la Culture ! (Exposition en partenariat avec l’Ambassade de France, le Centre National d’Art Plastique de Paris et soutenue par la Société Générale au Cameroun, Orange-Cameroun et Campost)

Dans l’espace public urbain, un nouveau drapeau d’artiste est hissé, une sculpture monumentale et du mobilier sont implantés.

  • « Chinese whisper » de l’artiste néerlandais Kamiel Verschueren flotte depuis le 21 janvier 2011 sur le mât de Flag’Art à Bonanjo. Il évoque la présence chinoise au Cameroun.
  • Depuis le 12 février 2011, une nouvelle « Arche de la Mémoire » enrichit le parc des 17 premières du programme « Douala, ville d’art et d’histoire ». Elle balise désormais l’Hôpital Laquintinie bâti en 1931 par l’administration coloniale française au quartier Akwa.
  • La « Pirogue Céleste », sculpture du plasticien camerounais Hervé Youmbi, a été installée le 16 mars 2011 sur une place devant l’ancien aéroport de Douala au quartier Bonapriso.
  • « L’arbre à Palabres » de l’artiste français Frédéric Keiff a, grâce à un gros chantier de restauration, été remis complètement à neuf, de même que les pagaies de « Paï » du camerounais Baby Kouo Eyango ont été consolidées et « les Globe-trotters » de la française Philippine Barbou ont été rafraichis.

Du 05 au 13 avril 2011, doual'art a également participé au second rendez-vous du projet _trans-, qui allie, sous l'égide de Bicfl-Revue Noire de Paris, 30 et presque songes d'Antananarivo, Africamerica de Port au Prince et doual'art de Douala. Une brillante exposition a donc été organisée dans la capitale malgache, avec le plasticien hervé Yamguen et le rappeur Sadrac parmi les 30 artistes participants.
_trans-, projet d'échanges artistiques transcontinentaux et transdisciplinaires est réalisé dans le cadre du programme du groupe des Etats ACP financé par l'Union Européenne.

En d’autres termes, un début d’année sur les chapeaux de roue !!!

Une mauvaise nouvelle, cependant : le décès de l’artiste Goddy Leye qui nous a quitté en février.

Marilyn Douala-Bell